Autres formes d’agriculture d’avenir

D’autres mouvements de pensée ou d’autres méthodes se développent, oeuvrant également à la mise en place d’une agriculture plus respectueuse des écosystèmes et des hommes. Si leurs techniques sont moins connues, ils sont tout de même porteurs d’innovation et de particularités. Nombre de leurs principes sont communs aux agricultures présentées précédemment.

AGRICULTURE INTÉGRÉE

Si elle ne supprime pas totalement le recours aux pesticides de synthèse,  elle vise à réduire fortement leur utilisation. La production intégrée emploie les pesticides en dernier recours, après avoir mis en œuvre d’autres techniques, comme la lutte biologique.

Le terme de Production Intégrée (ou Integrated Pest Management – IPM) a été mentionné pour la première fois en Europe en 1977 dans un article intitulé « Vers la production agricole intégrée, par la lutte intégrée » publié dans le bulletin de l’OILB – Organisation Internationale de Lutte Biologique et Intégrée contre les animaux et les Plantes nuisibles. Il s’agit d’une conception touchant non seulement à la protection des plantes mais à l’ensemble des pratiques culturales.

La production intégrée ne possède pas à l’heure actuelle de cahier des charges officiel en France, à la différence de l’Agriculture Biologique.

Signe particulier : La promotion de la lutte biologique pour réduire les pesticides chimiques de synthèse. Très utilisée en arboriculture.

AGRICULTURE A HAUTE VALEUR NATURELLE (HVN)

L’agriculture à Haute Valeur Naturelle part des constats suivants :

- en France et en Europe, le maintien de la biodiversité s’explique par le fonctionnement d’exploitations qui valorisent des pâtures, des prés de fauche, des prés-vergers, etc. tout en ménageant une richesse en fleurs, microfaune du sol et insectes grâce à leurs pratiques extensives. Ces exploitations, dites à Haute Valeur Naturelle, mettent en pratique une agroécologie gérée à l’échelle paysagère, souvent fondée sur l’élevage extensif ou une complémentarité cultures/élevage.

- pour autant, les exploitations HVN sont mal prises en compte par la recherche, le conseil et les politiques publiques, alors qu’elles constituent un patrimoine culturel et naturel à la fois irremplaçable et très menacé.

 Le projet de l’agriculture HVN, porté à l’échelle européenne, est ainsi de mieux faire reconnaître ces exploitations et de comprendre leur spécificité. L’enjeu est de leur donner un avenir par une prise en charge politique adaptée et d’inspirer des projets agroécologiques globaux ambitieux, mettant la biodiversité et les paysages au cœur.

- EFNCP

Signe particulier : Son message central pourrait être : l’agroécologie est là à l’œuvre sous nos yeux dans certaines régions, sachons la reconnaître et la valoriser.  

AGROFORESTERIE

 

©P.Bertin

©P.Bertin

L’agroforesterie désigne l’association d’arbres et de cultures ou d’animaux sur une même parcelle agricole, en bordure ou en plein champ.

Il existe une grande diversité d’aménagements agroforestiers : alignements dans une parcelle, haies, arbres isolés, bords de cours d’eau (ripisylves)…

L’arbre est également associé à l’élevage d’animaux comme par exemple quand les animaux pâturent sous des vergers de fruitiers.

Dans les systèmes agricoles, les arbres ont une place fondamentale en tant qu’abri pour certains animaux (ravageurs et prédateurs des ravageurs), brise-vent, lutte contre l’érosion des sols, rétention de l’eau…

 - Association Française d’Agroforesterie

Signe particulier : c’est l’association des arbres et des cultures ou d’animaux sur une même parcelle. L’arbre est au cœur du système agricole étant à la fois une production à part entière et un abri pour la biodiversité.

L’AGRICULTURE BIODYNAMIQUE

L’agriculture biodynamique se veut une agriculture assurant la santé du sol et des plantes pour procurer une alimentation saine aux animaux et aux Hommes. Elle se base sur une profonde compréhension des lois du « vivant » acquises par une vision qualitative et globale de la nature.

L’agriculture biodynamique tient compte des énergies subtiles, notamment de l’influence des astres comme la lune (calendrier lunaire des travaux agricoles) et des propriétés « dynamisantes » de certaines plantes et préparats. Elle dispose de divers cahiers des charges gérés par des associations dont l’un des plus connus est Demeter.

- Le mouvement de l’agriculture biodynamique

- Demeter

Signe particulier : proche de l’agriculture biologique, la biodynamie intègre l’influence des astres dans la gestion du systèmes agricole (semis, récolte…)

PERMACULTURE

Le terme de permaculture est issu de l’expression permanent agriculture utilisée par l’agronome américain Cyril G. Hopkins (1910)17, puis reprit par Franklin Hiram King (1911).

La permaculture est un ensemble de méthodes culturales qui permettent à la terre de maintenir sa fertilité naturelle. Bill Mollison (Australie) fut l’un des promoteurs les plus connus avec différentes techniques de couverture du sol. Masanobu Fukuoka (Japon) travaillait sur une agriculture pérenne et autonome dont l’intervention se limite à l’ajout de paille sur les champs de riz. Il obtenait ainsi un rendement supérieur aux méthodes utilisant des composés chimiques.

- La permaculture

Signe particulier : Au-delà de l’agriculture, la permaculture se veut à la fois une éthique, une philosophie, une science et une méthode de conception, organisation, production, aménagement de systèmes écologiques et humains.

L’AGROLOGIE

Spécialisés dans la compréhension de la microbiologie des sols, Claude et Lydia Bourguignon définissent cette approche comme une « science qui a pour objet la connaissance des terrains dans leur rapport avec l’agriculture ». Ils posent le principe selon lequel « l’agriculture durable doit se baser sur l’agrologie, c’est-à-dire sur la compréhension des lois du sol et non sur leur schématisation ».

Signe particulier : elle s’attache à comprendre les sols et à restaurer leur fertilité pour améliorer les production

L’EVERGREEN AGRICULTURE

Inventée en Inde et promue par la recherche en agroforesterie, l’evergreen agriculture est un ensemble de techniques d’agriculture biologique compatibles avec des apports limités d’engrais et de rares produits phytosanitaires.

Signe particulier : La caractéristique principale de ces techniques est de s’insérer dans un écosystème de production complexe : jusqu’à 20 à 30 activités productives articulées les unes avec les autres.

IfeelGood